En quoi la RESILIENCE concerne t-elle l’ENTREPRISE ?


« Le terme renvoie à la propriété physique de certains matériaux à plier sans se rompre sous la pression d’une charge exceptionnelle »
(Lighezzolo/Tichey – nancy2)


La RESILIENCE est la CAPACITE à REBONDIR des individus, des familles, des entreprises ou organisations confrontées à des conditions difficiles, traumatiques.

Symboliquement quand un INDIVIDU, une ENTREPRISE, une ORGANISATION est soumis à des pressions, des bouleversements c’est bien de cela qu’il s’agit. La « CRISE » frappe de plein fouet bon nombre d’entreprises, des hommes et des femmes qui les composent. Face à ces difficultés qui parfois les dépassent, il peut paraître impossible de relever les défis qui s’imposent, beaucoup se sentent légitimement démunis. Boris CYRULNIK s’est exprimé sur le sujet lors d’une conversation avec Laurent E.LELAY (Eurosport) et Monique Minni devant une caméra en vue de la préparation des 4èmes Rencontres de Traits d’Union du 2 au 4 avril 2012 sur le thème « ENTREPRISES et RESILIENCE : manager en cas de crise » .


Boris CYRULNIK, Laurent E. LELAY,
Monique MINNI-ROBIN

Entretien du 23 janvier 2012

ENTREPRISE et RESILIENCE


« La Résilience, c’est l’art de naviguer dans les torrents » dit Boris Cyrulnik. Il parle inlassablement de résilience, de tuteurs de résilience, de créativité y compris en ce qui concerne les entreprises confrontées à de dures épreuves, assimilables à des traumatismes.

La « crise » amène bon nombre de personnes à s’interroger, y compris les chefs d’entreprises, les dirigeants : remises en question de tous ordres, changements des comportements, de modes de pensée, etc.

Parallèlement, les médias se font l’écho jour après jour de souffrances psycho-sociales qui s’aggravent d’année en année, lourdes et coûteuses tant au niveau individuel que collectif. Certains dirigeants osent parler publiquement de leur solitude, des pressions qu’ils subissent eux-aussi, d’un manque de visibilité, de leur difficulté à anticiper, à se projeter dans l’avenir.

Depuis 1992, responsable d’une organisation professionnelle BTP, Monique MINNI-ROBIN s’est investie dans des dispositifs innovants : INSERTION et TUTORAT, QUALITE, TRANSMISSION d’ENTREPRISES familiales ou non , en prenant fortement en compte l’aspect humain des problématiques parfois totalement négligé, ou traité de façon trop superficielle. elle a approfondi ses méthodes de travail quelques années en tant que consultante. Puis, forte de ces expériences, elle a décidé de poursuivre « autrement » en fondant fin 2003 Traits d’Union « un autre regard » avec comme objectif de créer à terme une MAISON de la RESILIENCE avec un département ENTREPRISES
( une équipe pluridisciplinaire autour d’un facilitateur). Il s’agissait de poursuivre le travail entrepris, de tenir compte des avancées, des freins et mettre au point une méthodologie reproductible, pour des résultats pérennes.

On voit apparaître ici ou là des notions nouvelles : on parle d’ entreprenariat plus éthique, d’entreprises citoyennes. Reste à aller plus loin, à se donner les moyens de développer ces nouvelles conceptions qui permettraient d’ENTREPRENDRE AUTREMENT dans un monde qui change .

Progresser au niveau humain ? un état d’esprit à développer, une réelle valeur ajoutée quelles que soit les contraintes de l’environnement intérieur ou extérieur ?


Des Témoignages de dirigeants d'entreprises lors des 3° et 4° rencontres.


Benoît Legrand, DG ING Direct
4° Rencontres - avril 2012 "L'homme dirigeant"
M-Noële Piard, J-Luc Maddalon, Marc Lambert
3° Rencontres - mai 2009

FACILITER la RESILIENCE d’une ENTREPRISE ?
des pistes…..



INTELLIGENCE COLLECTIVE , COHESION de GROUPE

On parle d’inefficacité, d’absence de buts communs qui conduisent trop souvent aux conflits, au stress, aux difficultés de tous ordres entre les personnes qui, de ce fait, ne parviennent plus à collaborer efficacement.

Pour Robert DILTS, intervenant lors des 4èmes Rencontres (un film documentaire en préparation*) , la résilience s’enrichit chez les individus, les groupes et les équipes à travers l’intelligence collective. L’intelligence, en général, est définie comme étant la capacité à interagir avec succès avec le monde de quelqu’un, plus particulièrement face aux défis, ou aux changements.

L’intelligence collective, ainsi, peut être vue comme l’intelligence partagée d’un groupe, qui émerge de la collaboration et de la communication entre individus dans les groupes et autres systèmes collectifs, par exemple, la synergie et la résilience des écosystèmes, des équipes à haute performance.

Dans les système humain, l’intelligence collective est liée à la capacité des gens dans une équipe, dans un groupe our une organisation, de penser et d’agir sur un mode aligné et coordonné. De la même manière que l’hydrogène et l’oxygène se combinent pour former un troisième élément l’Eau. L’intelligence collective transforme les individus séparés en un groupe cohérent et créé une équipe dans laquelle le tout est véritablement plus grand que la somme des parties..

L’intelligence collective est donc la capacité de rassembler les intelligences individuelles pour créer, pour inter-agir efficacement, innover en développant notamment la créativité.

Un auto-leadership efficace avec l’intelligence collective produisent la collaboration générative. Dans la collaboration générative, les gens travaillent ensemble pour créer ou générer quelque chose de nouveau, de surprenant, qui dépasse les capacités des membres du groupe individuellement. La collaboration générative permet aux individus d’utiliser leurs capacités au maximum et de découvrir et appliquer les ressources qu’ils ne savaient pas détenir. Ils font ressortir des idées et ressources nouvelles des uns et des autres. Ainsi, la performance et le rendement du groupe dans son ensemble sont beaucoup plus importants que si les individus travaillaient chacun de son côté. Ceci permet de créer des équipes avec un haut niveau de performance.

Lorsque la cohésion est forte, les membres sont motivés à participer aux activités du groupe, à contribuer à aider le groupe à atteindre ses objectifs. Une telle expérience fournit aux membres du groupe un sens d'identité et de sécurité, conforte une notion de valeur personnelle, Selon les mots de Lewin «le sol sur lequel l’individu se tient ».

Comment aujourd’hui aborder le leadership sans un maximum d’ouverture en termes de savoir être, savoir ressentir, savoir transmettre, tout autant que savoir faire ?

Comment créer un monde, une entreprise, un service auquel les gens ont envie d’appartenir, de faire progresser quelles que soient les contraintes extérieures ?

Le degré de cohésion du groupe est souvent fonction du degré de chevauchement des intérêts et des valeurs de ses membres ainsi que du niveau de communication et de rapports qu’ils sont capables d’atteindre entre eux.

La VISION

Le chef d’entreprise, le dirigeant ne doit-il pas se poser la question : qu’est-ce que je veux créer dans le monde au travers moi, au-delà de moi ? Quels services, bénéfices et contributions puis-je apporter à mes clients, à la Société, à l’environnement ???

La CREATIVITE, facteur de résilience personnelle et collective

Quand les anciens schémas se sclérosent, n'est-ce pas dans l'esprit des créatifs, des artistes qu'émergent des formes différentes ? Comme le dit Boris Cyrulnik dans son intervention (vidéo ci-dessus) de nouvelles idées peuvent jaillir venant du personnel loin des bureaux d'études, des espaces décisionnaires... que de belles idées porteuses d’innovation, de nouveaux marchés, n'ont pas été entendues parce qu'elles ne venaient pas sommet... d'autant qu'une idée novatrice dérange souvent, bouscule les croyances .

Quelques citations qui expriment autrement

Créer, c’est donner une forme à son destin
Albert CAMUS

Seul l’individu peut penser, et ainsi créer de nouvelles valeurs pour la société, voire établir de nouveaux standards moraux auxquels la vie de la communauté se conformera. Sans personnalité créative, pensant et jugeant d’une manière indépenda nte, le développement ascendant de la société est impensable, comme l’est le développement de la personnalité individuelle sans le terreau nourrissant de la communauté ;
Albert EINSTEIN

L’ART est le fruit de la créativité des gens libres
John Fizgerald KENNEDY

Les entreprises qui survivront demain, sont celles qui encouragent la créativité aujourd’hui.
Maurice ZELDMANN

L’entreprise ne peut pas faire grand chose pour stimuler le bonheur et la créativité, mais elle peut faire beaucoup pour les tuer
Scott ADAMS