« Albert CAMUS prétend que Sisyphe aux enfers trouve sa consolation et le sens de son existence dans la seule détermination qu'il met à poursuivre son oeuvre malgré l'absurdité de sa condition, alors lorsque l' « oeuvre » n'est pas absurde, lorsqu'elle est utile et juste, on sait bien qu'elle sera poursuivie d'une façon ou une autre » AR-1994

Cette action, comme d'autres fut poursuivie...



2003 /2004

Monique Minni propose de créer une structure associative TRAITS D'UNION « un autre regard », de mettre ses compétences (insertion, tutorat, transmission des savoir-faire, savoir-être, démarche qualité, transmission d’entreprises avec au centre leurs aspects humains) au service d’une cause qui lui tient à cœur (insertion, tutorat, transmission des savoir-faire, savoir-être, démarche qualité, transmission d’entreprises en privilégiant l’aspect humain des choses).

« L’accompagnement global de personnes, de familles, d’entreprises confrontées à toutes formes de violence en lien avec un réseau de thérapeutes, d’institutions, de professionnels, d’intervenants créatifs ».

Christiane Nibbio, chef d’entreprise que Monique Minni a accompagnée précédemment dans le cadre de la transmission de son entreprise s’est associée au projet a souhaité en être la co-fondatrice. Elle avait choisi de développer le même concept pour l’accompagnement des personnes, des familles, des chefs d’entreprises confrontées au cancer, ou autre maladie grave.

Toutes deux n’avaient jamais cessé d’approfondir leurs connaissances au travers de formations touchant les sciences humaines, communication, management, gestion de conflits, approches thérapeutiques, etc.

Ensemble, elles décident de mettre les compétences acquises au cours de leurs carrières professionnelles respectives dans le BTP au service des objectifs de l’association. Les statuts sont déposés en août 2004 à la Préfecture de Nancy.

La maladie emporte Christiane Nibbio au tout début de son action.

Un des membres du bureau d’alors, Didier Poudevigne, devient vice-Président. Ce dernier, après 20 ans dans l’éducation spécialisée, préparateur mental de sportifs de haut niveau, formateur de tuteurs, se forme en victimologie et suicidologie. Depuis, il travaille dans ces deux domaines dans une activité de psychothérapeute, de supervision d’équipes et de formations. Il est agréé par le Ministère de la Santé pour diffuser le programme de repérage et d’évaluation de la crise suicidaire notamment en milieu hospitalier et pénitentiaire.


Un constat

Les médias se font jour après jour l’écho de drames personnels et collectifs engendrés par les violences sous toutes leurs formes, de plus en plus aussi de violences sociales.

Mais ensuite ? Qu’en est-il à moyen ou à long terme du devenir des victimes ?

Le plus souvent, les personnes concernées, se retrouvent isolées, dépassées par ce qu’il leur faut affronter. Parfois elles ont occulté longtemps le (ou les) drames qu’elles ont vécu. Elles vivent souvent avec des angoisses, dépressions, phobies. Elles peuvent avoir des comportements inadaptés, des somatisations inexpliquées, le sentiment d’être anormales, la peur de ne pas être comprises.

Ces personnes ont erré fréquemment de médecins en thérapeutes avec un mal être persistant, la répétition d’expériences négatives, une grande solitude morale. Elles se heurtent souvent à la méconnaissance, voir et à la banalisation des effets des traumatismes, avec toutes les conséquences y compris sur la santé, la famille, les difficultés d’insertion sociale.

Des convictions

Il s’agit de bâtir un projet autour des convictions suivantes :

  • l'être humain est capable de se construire et d'évoluer positivement, même après voir subi des traumatismes et des violences.
  • quelque soit le traumatisme subi, chaque personne a le droit de rester acteur et responsable de sa vie.
  • Tout être humain se constitue avec son histoire, l’histoire de sa famille, l’histoire du groupe auquel il appartient.
  • Il a, seul, la capacité de définir ce qui est bon pour lui en harmonie avec son environnement à un moment donné, avec l’aide de personnes ressources qui l’accompagneront le temps qu’il faut, parfois avec une fermeté bienveillante.
  • toute victime doit pouvoir recourir aux méthodes thérapeutiques adaptées à son état quelque soit son niveau de ressources financières. Elle doit pouvoir choisir les méthodes qui lui conviennent (novatrices ou plus classiques). C’est ce qui doit guider ses démarches, et non pas des considérations financières (de type non-remboursement CPAM).
  • Les tuteurs, les tuteurs de résilience en conscience formés, facilement joignables (surtout en période de détresse) contribuent à motiver et à aider les personnes à trouver, ou retrouver leurs propres ressources, des potentiels enfouis ou détruits par les situations de violence, de maltraitance, d’échecs successifs. Ils y contribuent dans la limite de leur compétence et sans opposer de considérations dogmatiques. Ils assurent une présence sur le long terme.

Un des objectifs de Traits d’Union « un autre regard » est de la création d’une « maison adaptée » à taille humaine, novatrice pour accueillir les personnes, les familles, les accompagnants dans un cadre convivial, non médicalisé animé essentiellement par des personnes qui ont été « blessées par la vie » qui ont trouvé seules, ou accompagnées un chemin de résilience.

Il s’agit d’établir les relations de confiance, qui permettront aux personnes d'avancer pas à pas, à leur rythme accompagnées par des « tuteurs », un facilitateur, d’autres professionnels spécialisés, certains eux-mêmes résilients.

Ce PROJET GLOBAL utopique et ambitieux en 2003 prend forme petit à petit. Un peu plus de 90 personnes ont été accompagnées (familles, entreprises, adolescents, jeunes en difficulté, hommes et femmes de tout niveau social).

Merci au Professeur Michel Manciaux, à d’autres de nous avoir encouragés à aller dans cette direction quand nous leur avons soumis notre projet, ses déclinaisons concrètes, en attirant notre attention sur l’importance de la supervision dans un tel projet.

Le bénévolat a garanti notre indépendance ; la reconnaissance des personnes accompagnées, leurs témoignages, la présence d’institutions sociales, politiques, universitaires lors de nos dernières rencontres, nous encourage à poursuivre, à dépasser nos doutes.

Engagement bénévole ou professionnel, compétences pluridisciplinaires, à terme professionnalisation des facilitateurs, de tuteurs de résilience en conscience.

Tel est l’enjeu d’aujourd’hui.

Rôle des Séniors

Marie France Cheviron

Pour un développement futur de l’association, il est prévu de faire appel à des professionnels retraités, ces seniors de plus en plus actifs (médecins, thérapeutes, avocats, chefs d’entreprises, juristes, coachs…), qui mettront leurs compétences au service des personnes accompagnées, après avoir été sensibilisés, formés à la spécificité de l’association.

Un autre regard ?

Il s’agit d’aider les personnes concernées à porter un regard différent sur ce qu’elles ont vécu, pour qu’elles puissent se situer dans un présent libéré des affects du passé, il s’agit de tenter de sortir de toutes sortes d’idées toutes faites, de « croyances », de « dogmes » qui stérilisent plus souvent qu’ils ne construisent.

Il s’agit de s’appuyer sur l’expérience de ceux qui, pour s’en sortir, ont trouvé leurs propres solutions, avec ou sans le soutien de Traits d’Union, de les faire témoigner, d’analyser avec eux leur parcours de résilience et de restauration. Ils ont acquis une expertise au moins aussi importante que celles des professionnels de la relation d’aide et de soin.

Plusieurs personnes accompagnées sont devenues, ou deviennent, spontanément tuteurs pour d’autres, en lien avec le facilitateur. Deux ont entrepris des formations longues : psychologue, coaching, psychothérapeute. Un dirigeant d’entreprise, membre de l’association souhaite se former, en vue d’être prêt à s’investir dans l’accompagnement du niveau humain de la transmission d’entreprise, quand il aura transmis sa propre entreprise.

L’Association

Environ 56 membres décomposés de la façon suivante :

37 membres actifs des femmes et des hommes de tous niveaux sociaux, la plupart ayant accompagnées par l’association à un niveau ou à un autre.

12 membres bienfaiteurs : les personnes qui versent une cotisation annuelle minimale fixée chaque année par le Conseil d’Administration pour soutenir l’action de l’Association (des personnes, entreprises, partenaires).

7 membres correspondants. Ils sont invités à chaque Assemblée Générale ou autres rencontres, n’ont pas droit de vote (médecin, psychiatre, psychothérapeutes, psychologues, avocats, ostéopathe, artistes…).

Activité :

Actuellement, environ 28 entretiens individuels en moyenne par mois sont conduits par le facilitateur de l’association. Un groupe thérapeutique s’est constitué autour de la Somatic Experiencing. Deux entreprises familiales sont accompagnées sur l’aspect humain dans la triple dimension tutorat / insertion / transmission

Depuis la création, environ 90 personnes, familles, entreprises (des adolescents, jeunes en difficulté, hommes et femmes de tout niveau social), ont été accompagnées par le facilitateur, par des tuteurs, parfois sur de longues périodes en lien avec d’autres professionnels suivant les problématiques de chacun (violences sous toutes ses formes, divorces, maladies graves, deuils, secrets de famille, dépôt de bilan, violences sociales, etc.).

Siège Social et fonctionnement :

Le siège de l’association depuis sa création est à Bouxières aux Dames – 3 bis rue Général Leclerc. Un local/atelier chaleureux a été mis gracieusement à sa disposition ce qui permet accueil et créativité.

Jusqu’à récemment, Traits d’Union, de façon délibérée, avait choisi de fonctionner sans aucune subvention.

Les personnes suivies adhérent à l’association. Elles sont originaires de Lorraine, région parisienne, sud de la France, quelques étrangers : une allemande, deux canadiens, une croate, une sénégalaise, ce que permettent les moyens de communication modernes (Internet, téléphone illimité…)

Le Conseil d’Administration désigné par l’assemblée générale le 1er mai 2009 est composé de 9 personnes (présidente, vice-président, secrétaire, trésorier, membres)

Ressources :

Les droits d’entrée, cotisations, quelques partenariats ponctuels constituent les seules ressources de l’association.

Les administrateurs, les bénévoles, des artistes, des graphistes dont certains ont été accompagnés par l’association, donnent de leur temps et de leurs compétences. Grâce à eux, documents, affiches, films, création d’un site internet ont pu être réalisés (ou sont en cours de réalisation).

Depuis quelques mois, il est demandé régulièrement le versement d’un soutien financier aux personnes accompagnées qui le peuvent.

Aujourd’hui, l’association a atteint le seuil maximum de ce qu’elle faire concrètement sans soutien financier.

Des aides de l’Etat, collectivités locales, mécénat d’entreprises devront être recherchées pour envisager la pérennisation de l’activité, le développement, la recherche, la création d’une structure-pilote de taille modeste.

Des actions de communication

2005

1ères rencontres de Traits d’Union au Grand Sauvoy à MAXEVILLE intitulées OMBRE et LUMIERE

Intervention d’un victimologue, concert, projection d’un diaporama « Enfants d’Irak, Enfants de France », exposition d’œuvres d’artistes résilients adhérents.

2005 et 2006

Deux concerts à Bouxières aux Dames, un auteur–compositeur canadien proche de l’association Terrence Cashion. Aujourd’hui Terrence vit à Berlin, il accompagne notamment à travers la musicothérapie, des personnes en difficulté, confrontées entre autre à l’alcoolisme, à la drogue.

2007 et 2008

2èmes rencontres à GORDES (Vaucluse), village de prestige où était domiciliée Christiane Nibbio.

Un thème « RESILIENCE et CREATIVITE » La commune a mis à notre disposition ses magnifiques locaux.

Un programme élaboré pour permettre le tournage de la 2ème partie du film documentaire « LES METAMORPHOSES »: des intervenants spécialistes du trauma, des spectacles : concerts, danse contemporaine, des expositions peintures et sculptures.

Décembre 2007

Avant première de ce film à l’IECA – université de Nancy (co-auteurs : Monique Minni et Guillaume Rauscher – préface de Boris CYRULNIK).. Que Nathalie Conq, directrice alors de l’IECA soit particulièrement remerciée.


Ce film documentaire a été sélectionné et présenté :

  • à la 16ème journée régionale Noir et Couleur à Epinal février 2008
  • au Festival de l’IRTS – mars 2008
  • au Festival de LORQUIN 2008
  • Projection Débat Médiathèque Cannet les Maures juin 08,à la bibliothèque de Vaugines (84) en juin 08
  • Projection /débat à l’Université agronomie d’Abomey Calavi (Bénin) avril 2010

2009

3èmes rencontres Hôtel de Ville – NANCY / 2 MAI

Le thème choisi : Résilience et Tutorat : passeports pour l’insertion

En partenariat avec l’université Nancy 2 – un projet tutoré conduit par Guillaume Rauscher attaché d’enseignement et, 8 étudiantes en communication

Les grands salons, la salle Mienville ont été mis à notre disposition gracieusement par le Maire de Nancy

Trois espaces interactifs ont été mis en place pour s’exprimer :

  • créatif / artistique : l peintre, l pastelliste, l chanteur, l stand
  • espace débats / conférences : 12 intervenants, des témoins
  • espace expositions / stands : IRTS - Enfance Majuscule – Les mômesenjeux - ALMA - MUCIM Stanislas
  • des partenaires, des soutiens financiers nous ont soutenus : MUCIM Stanislas – BATIGERE - Librairie l’Autre Rive – PREVIADES – Best Western – les Césars – Les dîners d’Anne Marie
  • Le Dr Rossinot député-maire de Nancy a ouvert la séance. Etaient présents :

  • Laurent Hénart, député de MM, président de la Maison de l’Emploi du Grand Nancy
  • Mathieu Klein, vice-président représentait le Président du Conseil Général de MM
  • Malika Dati, Délégué à l’emploi et à l’insertion professionnelle, adjointe au maire de Nancy était le grand témoin de la journée.
  • Voir DVD (rubrique LES RENCONTRES)

    Création d’outils en cours

    Des diaporamas à partir de dessins

    • « Enfants d’Irak Enfants de France »
    • « Burn out » « murmures des fantômes »
    • « Lumière d’enfance »
    • « l’amour à l’endroit » en début de réalisation

    En projet :

    Jeu de cartes projectives à l’usage des psychologues et psychothérapeutes

    Pour finaliser, il faudrait trouver les financements, un éditeur intéressé. A terme, ces outils pourraient être commercialisés au profit de l’association.


    Année 2010

    Poursuite de l’accompagnement des personnes qui font appel à l’association (bouche à oreille). Nouveaux partenariats, notamment avec deux thérapeutes formés à la SE Somatic-experiencing en lien avec les professionnels partenaires de l’association. Une approche nouvelle en France qui se développe lentement (3 ans de formation pour les médecins et thérapeutes intéressés).

    Boris Cyrulnik, a écrit en conclusion de la préface rédigée pour la traduction du livre de Peter Levine, « Réveiller le tigre – guérir le traumatisme ».

    « En respectant les règles que nous propose Peter Levine un grand nombre devrait parvenir à guérir ». Il parle des personnes victimes de traumas.

    Un site internet sera mis en ligne.

    Il se pourrait qu’il engendre un certain nombre de questions, de contacts, de demandes d’accompagnement qui accélérerait la nécessité d’envisager le développement de l’association.

    La priorité serait alors de de trouver et d’aménager un lieu adapté pour mener à bien la création d’une structure-pilote nommée « Maison de la Résilience »avec l’embauche d’un (une) responsable salarié(e) Des aides financières devraient alors impérativement être trouvées.

    - Liens avec l’étranger

    Une rencontre a eu lieu en avril 2010 avec une association du Bénin à l’occasion d’un voyage privé à COTONOU ; Cette association a été créée par des étudiants agronomes ou juristes, dans le but d’accompagner des femmes et des enfants vivant des villages, confrontées à de graves difficultés.

    Rencontre aussi avec les responsables d’un centre d’accueil de jeunes filles en grande difficulté. De belles occasions d’échanger sur la façon d’appréhender l’approche du problème, à travers de cultures, de contextes très différents. Il a été convenu de poursuivre des échanges informels via Internet.


    Horizon 2011-2012

    Les rencontres de Traits d'Union ont lieu tous les deux ans. Les 4° rencontres se dessinent sur le même schéma que les précédentes. Les grandes lignes ont été définies, la décision définitive sera prise avant fin mai 2011, nous recherchons actuellement des partenaires.

    • - un lieu : l'Abbaye des Prémontrés à Pont à Mousson (54) les 2, 3 et 4
    • avril 2012
    • - un colloque-formation, un thème « ENTREPRISES - CRISES et RESILIENCE », Robert Dilts a déjà donné son accord. Il devrait être question aussi des « violences sociales ». Le programme complet est en préparation. Outre le colloque-formation : un concert, des expos, des stands, l'avant-première d'un film d'animation en cours de réalisation en lien avec de l'IECA Nancy


    • Bouxières aux dames, le 14 mars 2011

      Traits d’Union « un autre regard »